Company Logo

Détox de printemps


Après les mois d’hiver, le retour des beaux jours nous donne chaque année envie de nous purifier et de nous alléger pour retrouver notre vitalité. Toutes les entités de la nature agissent de même : les arbres, les tapis de mousse, les herbes, les fleurs, les animaux sortent, « s'ébrouent » et se parent de nouvelles couleurs vives, gaies, fraiches, attrayantes, pleines de vie...


Pourquoi se détoxiquer au printemps ?


Pour rester en bonne santé, le corps doit en permanence éliminer les toxiques, apportés de l’extérieur (polluants divers) et les toxines, engendrées par son activité propre (digestion, renouvellement cellulaire permanent).
Pour cela, nous avons les émonctoires ou filtres épurateurs  : foie et intestin, rein, poumon et peau. Mais face à une alimentation dénaturée, inadaptée, excessive ou trop riche, à la sédentarité, aux pollutions ou au stress qui impacte l’activité de tous les émonctoires, ce processus de « nettoyage » naturel permanent s’essouffle. L’encrassement et le ralentissement métabolique qui s’en suit se fait particulièrement sentir à la sortie de l’hiver, avec comme premier symptôme la fatigue que beaucoup ressentent à cette période.

A l’image de ce qui se passe dans la Nature où la vie renaît chassant toutes traces de végétation ancienne, le printemps est pour nous le meilleur moment pour éliminer les toxiques et toxines accumulés, relancer toutes les fonctions métaboliques et reconstruire un terrain neuf, propice à la vitalité et à la santé.


Pour cela, deux grandes règles :


1 Eliminer les sources d’intoxication


Pour une détoxication efficace, adopter une alimentation hypotoxique respectant quelques grands principes :
- bannir l’alimentation industrielle
- diminuer le plus possible la quantité de protéines animales (particulièrement viandes et laitages), de sucres (particulièrement raffinés), de graisses cuites ou saturées.
- donner la part belle aux aliments d’origine végétale : légumes, graines germées (les stars du printemps !), algues, fruits frais… et favoriser tous les aliments verts (légumes, jeunes pousses, herbe de blé…), riches en chlorophylle purifiante, oxygénante et régénérante.
- préférer les préparations crues qui permettent de conserver intacts les nutriments vitaux : enzymes, vitamines, minéraux et oligo-éléments, tous véritables catalyseurs de vie nécessaires à l’ensemble des fonctions du corps, avec une mention spéciale pour les jus de légumes frais qui permettront leur assimilation optimale.
- manger léger le matin et le soir pour respecter et favoriser les cycles naturels du corps. En effet, toutes les nuits, le corps se détoxifie et se régénère. Ce travail commence quand la digestion du repas du soir se termine (d’où l’intérêt de dîner léger) et se poursuit tant qu’une nouvelle phase digestive ne commence pas le matin (d’où l’intérêt de retarder et d’alléger le petit déjeuner).

Dans le même temps on peut essayer de se fixer des objectifs :
Essayer d'opter pour le bio - nourriture, cosmétiques, produits d’entretien -,
Aller respirer un air plus sain en contact avec la nature,
Choisir de se protéger des pollutions électromagnétiques,éteindre la télévision ou l’ordinateur... Retrouver des rythmes de vies plus équilibrés.


2 Stimuler les fonctions d’élimination du corps


La monodiète : consommation d’un seul aliment frais et de saison sur un repas, une voire trois journées entières.
Le jeûne : très efficace mais à entreprendre sur les conseils d'un thérapeute. Ces pratiques amplifient le processus de nettoyage du corps en mettant le système digestif aux repos. Le corps se débarrasse de ses déchets, qu’il « auto-digère » en l’absence d’autre nourriture; ses tissus se régénèrent sur des bases saines.

Les cures liquides aux jus de légumes frais, soupes crues ou smoothies verts , à mi-chemin entre le jeûne et la monodiète, à la fois détoxicantes et revitalisantes, sont les plus adaptées aux terrains dévitalisés et carencés par les modes de vie modernes.

C’est aussi le moment idéal pour donner un coup de pouce aux émonctoires.
- utiliser des cures drainantes polyvalentes comme la sève de bouleau fraîche tout juste récoltée, le jus de bouleau, le jus d’herbe, l’eau Hydroxydase, l’argile, le charbon…
- apporter un soutien spécifique à certains organes d’élimination : Le foie, organe phare du printemps que l’on pourra aider avec des plantes ou des aliments comme le romarin, le chardon marie, l’artichaut, le radis noir, l’ail des ours, le citron… D’autres plantes, comme le pissenlit, le genévrier ou l’aubier de tilleul par exemple, permettront de stimuler parallèlement le foie et les reins, les deux émonctoires majeurs sollicités dans les cures de détoxication.

En outre, toutes les techniques permettant d’accélérer la circulation lymphatique et sanguine seront les bienvenues : eau en abondance, exercice physique, massage ou brossage de la peau à sec, saunas, bains, respirations… ainsi que tous les éléments favorisant la vitalité : contact avec la nature, exposition au soleil matinal, diffusion d’huiles essentielles, sommeil et repos, régulation des stress…

L’intérêt de ces pratiques simples est multiple : vitalité retrouvée, immunité ressourcée, système nerveux rechargé, moral au beau fixe, teint éclatant... et surtout, remise en phase avec le rythme des saisons et de la Nature, particulièrement utile quand on vit dans un environnement urbain dénaturé.




Powered by Joomla!®. Valid XHTML and CSS.